mardi 23 décembre 2014

En 2005 ...

Feuilleton
5 personnages que je croise régulièrement dans les environs de mon quartier ...

07/02/2005 : Il existe bel et bien 5 personnages que je croise régulièrement dans les environs de mon quartier, le soir, après 18 heures. C'est la règle, après 3 fois, on fait partie des "personnages que je croise régulièrement dans les environs de mon quartier". C'est comme ça.
1. Un indou qui doit bien avoir 56 ans, cheveux blancs, courts, qui soulignent sa peau brune, très élégant, souvent en chemise blanche et chaussures soignées, l'air sage.
2. Un drôle de monsieur, sorte de copie de paysan américain du fin fond de l'Oregon, petit, 43 ans, cheveux blond blancs, porte une casquette de base-ball vierge d'inscription, verte (ou bleue), un blouson court, droit, simple, beige, des sortes de pantalons à pinces mais sans plis, beiges aussi et des chaussures noires très simples, confortables et sans marques. Quand il menace de pleuvoir, il porte un parapluie.
3. Un petit vieux (68 ans), souvent assis sur un muret, tout maigre, cheveux blancs courts, hirsutes, porte un jean et un tee shirt (souvent blanc sale) ou un pull très sale quand il fait frais, parfois une veste très sale aussi, de grosses chaussures de chantier, noires, et surtout des imitations Ray Ban en plastique noir et très large, l'air un peu teigne, mate de travers par-dessus ses lunettes.
4. Un dépressif (63 ans, peut-être 42 en réalité), limite clochard, marche toujours sur le trottoir d'en face, à la rue complet, sous traitement certainement, traîne des pieds, des chaussures sans lacets.
5. Un femme petite, brune, cheveux courts, plaqués sur le coté, toujours vêtue de blanc, chaussures bon marché, pantalon et chemisier - blancs, très propres. Et, détail important, elle porte un chapelet autour du coup, qu'elle semble vouloir exhiber. Son air est renfrogné. Peut-être a-t-elle peur de croiser le diable... Qui sait ?

09/08/2005 : Du temps a passé... Les environs de mon quartier n'ont pas changé... On peut juste noter l'installation de plusieurs boutiques de livraisons de Pizzas. Par contre, les soirs, après 18 heures, ne sont jamais les mêmes. Si je devais faire un bilan de mes rencontres avec les "personnages que je croise régulièrement dans les environs de mon quartier", je dirai que ceux que je croise le plus souvent, et même très régulièrement sont au nombre de trois : le drôle de monsieur, sorte de copie de paysan américain du fin fond de l'Oregon ; le petit vieux (68 ans) cheveux blancs courts hirsutes (qui promène souvent un chien) ; et le dépressif (63 ans, peut-être 42 en réalité) que je vois parfois aussi faire les cents pas à la médiathèque, formant un cercle quasi parfait.

02/09/2005 : Ce matin, j'étais à l'arrêt de bus, dans le gaz, malade comme on l'est en plein hiver... assis, avec mon sac de voyage à mes pieds, j'attendais le bus qui ne venait pas. Celui de 8h42 n'est pas passé, faute de quoi, j'ai du attendre celui de 49... Et je vois marcher le dépressif (63 ans, peut-être 42 en réalité), qui traverse le rond point en plein milieu, sans se soucier des bagnoles, sans même les voir... Il est entré dans le bureau de tabac. Puis en est ressorti 2 minutes plus tard, avec un cigarillo à la bouche. Il s'est approché de moi et s'est assis à mes côtés. Puis il m'a parlé et m'a demandé :
" - Il est quelle heure monsieur ?
- 8h40...
- Et il passe à quelle heure le bus ?
- à 42.
- Le 1 ou le 3 ?
- Le 1.
- On se connaît... Je sais pas d'où mais on se connaît...
- Oui, on se croise souvent...
- Ah, je vous ai demandé des cigarettes déjà non ? Ou quelque chose comme ça ?
- Non, on se croise c'est tout...
- Ah... il est quelle heure monsieur ?
- 8h43...
- Je vais pas monter à Poitiers en fait..."
Et il s'est levé et est parti d'où il est venu, comme il est venu, trainant des pieds... traversant le rond point en plein milieu, sans se soucier des bagnoles, sans même les voir...
 
16/09/2005 : Avant hier soir, 18h07 j'ai de nouveau croisé la petite femme , brune, cheveux courts, plaqués sur le coté, vêtue d'un blanc immaculé avec son chapelet autour du coupe matin... Petits frissons... Ca faisait des mois que je ne l'avais pas vu. Régulièrement, je vois toujours le petit vieux (68 ans), souvent assis sur un muret, tout maigre, cheveux blancs courts, mais vêtu depuis deux jours d'un ensemble violet (pantalon, sous pull).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire